La renaissance

Une histoire d’homme

L'histoire de la brasserie par Sylvain Chiron

En vidéo

Sylvain Chiron porte déjà le gène de l’entrepreunariat. En effet, il appartient à la 5ème génération d’une famille de Savoie qui a fait renaître les Crozets, ces petites pâtes carrées.

En vidéo

Les Alpes & la Bière

À la fin du 19ème siècle, 8 brasseries étaients installées au coeur du massif alpin attirées par la qualité de l’eau, pour la fabrication, et la proximité des glaciers, pour la conservation

C’est en 1821 qu’on trouve trace d’une première brasserie à Sallanches. Monsieur Rabenak emploie alors un seul ouvrier et vend 6 500 litres par an.

En 1861 Monsieur Essig, directeur d’une brasserie bavaroise à Lausanne, implante en ville une brasserie de part et d’autre de l’avenue de la Gare.

L’affaire est reprise en 1875 par le chocolatier Antoine Pissard.

Puis par M. Challamel en 1890, en association avec la Brasserie Saint Jean à Genève.

En 1902, l’entreprise devient « Challamel, Boucharge et Viard » avant de prendre l’appellation « Bière du Mont-Blanc » en 1911.

En été, la Brasserie du Mont-Blanc produit plus de 4 000 hectolitres de boisson fermentée, contre 150 hectolitres en Automne. La cave de garde avec ses tanks en acier vitrifié est maintenue à 0° par la récupération de la glace de l’étang en bord d’Arve. Quand les hivers ne sont pas assez froids, les brasseurs vont alors chercher la glace aux pieds des Glaciers du Bionnassay ou celui des Bossons. Une quarantaine de brasseurs y travaillent.

La Brasserie stoppa toute activité en 1966.

Mais cela était sans compter sur la détermination et la passion d’un jeune savoyard : Sylvain Chiron.
En 1999, il relance la « Bière du Mont-Blanc »…

 

 

Sylvain Chiron porte déjà en lui le gène de l’entrepreunariat.

Pendant ses études qui le mènent notamment aux Etats-Unis, il est surpris par l’essor des micro-brasseries outre-atlantique. De retour en France, il décide de s’intéresser aux boissons fermentées. Le hasard le mène avec 2 autres associés à racheter en 1996 l’activité de distillerie de l’abbaye cistercienne d’Aiguebelle, en Drôme provençale. Pendant 3 ans, il redonne les lettres de noblesse aux sirops et liqueurs d’Eyguebelle.


img_1

 

C’est en cherchant une source d’eau pure qui permettrait de produire une bière de qualité, qu’il redécouvre dans sa Savoie natale, une vieille marque oubliée : «la bière du Mont-Blanc»…

 


C’est alors que l’idée de créer une bière trappiste fait son chemin. Le père Abbé lui ouvre les portes d’un monastère trappiste en Belgique où Sylvain pourra alors apprendre le métier de brasseur et les secrets de fabrication qui feront le succès futur de ses produits.

img_2

Accompagné d’un des meilleurs brasseurs belges et de son ami «Panoramix», maitre distillateur d’Aiguebelle, Sylvain met alors au point les premières recettes de la bière du Mont-Blanc. Lors d’une randonnée aux Houches, il découvre la source de l’Enchapleuze à 2074m, sous l’Aiguille du Goûter.

A son retour et après des analyses poussées, il décide que cette eau de source sera la base de ses bières.

 

L’histoire renaît…

En 1999, la Brasserie du Mont-Blanc s’installe à la Motte-Servolex au coeur de la Savoie et produit les «bières du Mont-Blanc», bières authentiques, bières de caractères, bière de qualité, bières de dégustation brassées à l’eau des glaciers du Mont-Blanc.